COMMUNIQUÉS
 


21 janvier 2013

Finalement, ce n’est pas une mais deux compagnies que le 92ème Régiment d’Infanterie de Clermont-Ferrand va envoyer au Mali, dans le cadre de l’opération Serval.

Dès le 12 janvier, la 4ème compagnie du régiment, qui avait déj? pris en compte ses Véhicules blindés de combat d’Infanterie (VBCI), a commencé ? préparer ces derniers en vue d’un prochain déploiement sur le théâtre des opérations maliens. Près d’une semaine plus tard, soit le 18 janvier, la 1ere compagnie a reçu ses VBCI du parc d’alerte de la 5e base de soutien du matériel de Carpiagne (5e BSMAT).

Le lendemain, les fantassins de la 4e compagnie ont rejoint Miramas (Bouches-du-Rhône) et sa zone de regroupement et d’attente, lieu de destination d’autres unités de l’armée de Terre appelées ? être prochainement projetées au Mali. Pendant ce temps, les VBCI ont été acheminés ? Toulon via voie ferrée, afin d’être embarqués ? bord du Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude. La destination du navire de la Marine nationale n’a pas été précisée. En tout, le voyage devrait durer au moins 10 jours.

Le VBCI a notamment été engagé en Afghanistan et les retours d’expérience (RETEX) qui ont été faits par la suite ont été très positifs. D’une masse de près de 29 tonnes, il a un effet dissuasif sur les combattants adverses. Sur le théâtre afghan, seulement 1 roquette sur une quinzaine tirées par les insurgés ont atteint ces véhicules. Et encore, sans faire de dégâts. “On peut estimer que c’est en partie dû ? la pression imposée au tireur par l’agressivité des tourelles”, pouvait-on lire dans un compte-rendu écrit par un capitaine du 35e RI, l’été dernier.

Un autre point fort du VBCI est sa grande mobilité (8 roues motrices), ce qui permet de s’approcher au plus près des positions tenues par l’adversaire et de le “déstabiliser”. Enfin, le véhicule offre une protection accrue aux fantassins. Pendant le mandat afghan, un engin explosif a ainsi “lacéré” deux pneus d’un blindé de ce type, sans que cela l’ait empêché de rejoindre sa base avancée et de repartir en mission deux heures après


La direction générale de l’armement (DGA) a livré le 23 janvier 2013 à l’armée de terre le premier véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) apte à assurer le support d’un groupe de soldats équipés du système Félin (fantassin à équipements et liaisons intégrés).

L’adaptation du VBCI au Félin offre principalement aux combattants la possibilité de recharger aisément les batteries d’alimentation de leur système et permet une meilleure préparation de leur débarquement en autorisant l’utilisation du réseau de communication Félin à l’intérieur du VBCI. Elle démontre la souplesse du système Félin qui a déjà été précédemment installé sur des véhicules de l’avant blindé (VAB).

Ces deux équipements sont emblématiques du savoir-faire et du haut niveau technologique de l’industrie française. Le VBCI est produit par le groupement d’entreprises constitué par les sociétés Nexter Systems et Renault Trucks Defense. La société Sagem (groupe Safran) est le maître d’œuvre du système Félin.

Le VBCI est un blindé qui répond aux besoins opérationnels actuels de protection et d’évolutivité. Véhicule blindé tout-terrain à huit roues motrices, sa version de combat d’infanterie est équipée d'une tourelle de 25 mm et permet l'emport de onze soldats. Disposant d’un haut niveau de protection, il constitue une véritable « base vie » pour le fantassin. Pour sa part, le système Félin apporte un saut qualitatif en termes de protection, d’observation, de communication, d’emploi des armes, de mobilité et de soutien des combattants au contact direct de l’adversaire.

A terme, tous les VBCI seront « félinisés » : soit directement sur les chaînes de Nexter pour les véhicules restant à produire, soit par retrofit dans les régiments pour les 445 VBCI produits depuis 2008.


Guillaume Belan
17 janvier 2013

L’armée française passe à la vitesse supérieure et envoie du lourd, du très lourd même. Selon une source militaire haut placée, pas moins de 20 véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) seront rapidement déployés sur le théâtre malien. Soit un nombre supérieur à ceux engagés en Afghanistan (13 véhicules au plus fort de l’engagement). Le VBCI (8X8 de 30 tonnes) est le véhicule blindé le plus moderne de l’armée française, il déplace un groupe de combat (8 fantassins équipés Felin) en toute sécurité derrière un blindage imposant. Sa tourelle de 25 mm (plus mitrailleuse de 7.62) fait mouche à 2500 mètres de jour comme de nuit.

Autre déploiement prévu: le plus puissant calibre de l’artillerie française va lui aussi rallier le Mali. Une batterie de canons autopropulsés de 155 mm Caesar va partir pour rejoindre Bamako. Très mobile, cette pièce d’artillerie délivre de manière très précise une puissance de feu impressionnante jusqu’à 40 km.

Ce déploiement de moyens imposants signifie deux choses. D’une part, la résistance des terroristes est sans doute plus forte qu’attendue. Enfin, le message est clair : la France souhaite en découdre rapidement avec les djihadistes.

Déjà plus de 1500 soldats ont été projetés en seulement 6 jours. Les deux GTIA français devraient ainsi être constitués assez rapidement. Au total la présence devrait atteindre environs 3000 français en comptant les forces spéciales et autres services de renseignement.




Canada, Ottawa, le 31 janvier 2012 - Ouverte par Philippe Burtin, Président Directeur-Général de Nexter, la convention fournisseurs autour de l'offre VBCI dans le cadre du programme VCR, a été un réel succès. Plus d'une centaine de représentants d'industriels canadiens avait répondu présent pour assister à cet évènement pendant lequel Nexter a présenté les détails de ses deux offres, sa politique achat et Retombées Industrielles et Régionales (RIR). Les échanges ont été particulièrement fructueux et conviviaux, et ont donné l'occasion à l'ensemble des participants de partager leurs attentes.

Nexter, qui a créé l'an passé sa filiale canadienne, a organisé cette convention pour renforcer la dynamique locale autour de son projet VBCI. Actuellement en service en Afghanistan et au Liban au sein des forces françaises, ce système est proposé dans deux versions pour répondre aux exigences de l'armée de Terre canadienne, confrontée aux mêmes menaces. Le VCR proposé par Nexter, est un véhicule qui sera produit sur le sol canadien, par des sociétés issues de toutes les provinces du pays, de la côte Atlantique à celle du Pacifique. En effet, Philippe Burtin a annoncé la création de près de 1.600 emplois Canada si le VBCI était choisi dans le cadre du programme VCR représentant l'effort de production des 138 véhicules de combat d'infanterie.

Il a rappelé que Nexter maîtrisait le transfert de technologies, et que ses collaborateurs avaient une grande confiance dans le savoir-faire des industriels canadiens. Cette relation, établie depuis plusieurs mois entre les représentants des sociétés canadiennes et les différents services du groupe français, permettra d'assurer la réussite du transfert de production VBCI au Canada, et la pleine satisfaction du futur client. Cette confiance mutuelle repose également sur la volonté de présenter une offre répondant au besoin des forces canadiennes et à des coûts compétitifs.

Au travers de cette convention fournisseurs, où près de soixante dix groupes et PMEs canadiens étaient réunis, les représentants de Nexter ont souhaité pérenniser le travail collaboratif mis en place depuis 2009, en les associant fortement à la réussite du projet VBCI au sein du programme VCR.

13 véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) sont déployés au Liban depuis septembre 2010. Un an après leur arrivée, le 1er bilan est très positif.

Sous les couleurs de la force intérimaire des nations unies au Liban (FINUL), les VBCI assurent la surveillance de la ligne de démarcation entre Israël et le Liban, la sécurité des postes français, et la mise en place de patrouilles dans la zone de responsabilité française.

Le VBCI est déployé au Liban depuis 1 an - Crédits : SIRPA Terre / ADC L. Le Goupil Mieux perçu par la population que l’AMX 10P qu’il remplace, le VBCI est aussi plus efficace. Ses 8 roues motrices permettent à la force commander reserve (FCR) d’intervenir sur l’ensemble du Sud Liban, sur terrain accidenté comme sur route, sans dégrader la voierie, et en limitant les nuisances sonores.

Grâce à son blindage résistant aux tirs de moyen calibre et aux éclats d’obus, le VBCI offre également une meilleure protection à son équipage contre les mines et les engins explosifs improvisés.

Le VBCI est déployé depuis juin 2010 en Afghanistan . Au Liban , il a démontré sa capacité à s’adapter à des théâtres d’opérations très différents.






Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Kathleen Napier, GCI Group
Téléphone : 416.486.5918
Couriel : Kathleen.napier@gcicanada.com